Le Vieux Continent séduit avec ses voitures électriques

L’éco-mobilité semble être au cœur de toutes les discussions de l’autre côtéde l’Atlantique. Après les incitatifs financiers, place au soutien matériel.

Le maire de Londres, Boris Johnson, a mis en place un programme qui vise à faciliter la recharge des véhicules électriques en ville. Le programme, du nom de Source London, prévoit en effet l’élaboration d’un réseau de 150 points de recharge accessibles grâce à une carte de membre. La cotisation annuelle s’élèvera à £100 (environ 160$) et permettra l’accès aux places de stationnement situées dans la ville, qui s’activeront grâce à la carte de membre des utilisateurs.
Le constructeur nippon Nissan faisant partie des principaux acteurs du développement des véhicules verts au Royaume-Uni, souhaite montrer son engagement de manière concrète. Il offrira en effet un abonnement de 12 mois à tous ceux qui feront l’acquisition d’une Leaf avant la fin de l’année. Les véhicules électriques bénéficiant déjà de l’exonération des taxes de circulation, le gouvernement britannique expose clairement son intérêt envers l’éco-mobilité.

En parallèle, Paris s’inscrit également dans le mouvement avec son système d’Autolib’. Après le succès manifeste du Vélib’, le vélo en libre-service, le maire de la capitale française, Bertrand Delanoë, a décidé d’investir 200 millions d’euros (280 millions de dollars) dans le projet de location de voitures électriques en libre-service. Certains diront qu’Autolib’ n’est qu’un réseau de plus en France, après un service similaire à La Rochelle et à Lyon. Mais la ville de Paris se montre plus ambitieuse. Son objectif : 3 000 véhicules verts disponibles dans la capitale mais également dans les 45 communes ayant rejoint le syndicat mixte Autolib’. Un autre avantage non négligeable, les véhicules seront accessibles en « trace directe », c’est-à-dire qu’il sera possible de rendre le véhicule à un autre endroit que le lieu de départ. Côté tarif, le service nécessitera un abandonnement annuel, hebdomadaire ou quotidien et sera facturé de 4 à 8 euros la demi-heure selon l’abonnement choisi et la durée de location du véhicule. Ce projet de libre-service sera lancé le 1er décembre 2011.

Les véhicules électriques séduisent de plus en plus que ce soit sous l’angle environnemental, économique mais aussi pratique. C’est du moins ce qu’a tenté de communiquer le constructeur français Renault avec sa nouvelle campagne publicitaire. Voir la vidéo ci-dessous :

Articles suggérés

1 commentaire

  1. price of a stamp, le 24 octobre 2011 à 07h55

    I love your blog, I have it in my rss reader and always like new things coming up from it.

Laisser un commentaire

+